Association Alsacienne d'Airsoft

Forum dédié à l'Airsoft en Alsace.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

article dna juin 2009

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 article dna juin 2009 le Ven 2 Oct 2009 - 18:52

Région de Saverne / Airsoft : à la guerre (presque) comme à la guerre


Un jeu de durs


Equipés comme il se doit, les combattants d'airsoft n'ont rien de féroce. Il sont surtout prêts à crapahuter et à s'amuser. (Photo DNA) Dans un coin de forêt, une troupe de jeunes gens semble bien s'amuser. Avec treillis militaires et répliques d'armes au réalisme troublant, voici des passionnés d'un jeu particulier qui pour le novice peut être aussi choquant qu'attirant : le airsoft.
C'est au Japon, dans les années 1970, qu'est née l'idée de fabriquer des répliques d'armes fonctionnant électriquement avec des billes en plastique. Cette invention a permis l'apparition de l'airsoft, arrivé il y a une quinzaine d'années en France.

En forêt de Thal-Marmoutier,
des journées réservées
aux débutants


Les équipes et associations officielles se multiplient aujourd'hui, y compris dans les environs de Saverne. A Phalsbourg, une boutique spécialisée est tenue par un joueur invétéré. Lorsqu'on y entre, des mannequins vêtus de tenues de camouflage vous accueillent et, au mur, trône un choix impressionnant de répliques d'armes.
Le fils du patron note que ce loisir doit respecter certaines normes de sécurité qui diffèrent selon les pays (lire l'encadré). En connaisseur, il affirme que « les parties peuvent réunir de trois à quatre joueurs jusqu'à des centaines », pour des parties « de 30 minutes à trois jours ». Laissant libre cours à leur imagination, les joueurs créent des scénarios, comme l'explique le gérant du magasin phalsbourgeois. « On peut inventer n'importe quoi comme des prises d'otages. On reprend aussi des scènes de films ou des événements de guerres historiques ». Certains n'hésitent d'ailleurs pas à s'acheter la tenue et les accessoires identiques à ce qu'ils veulent imiter.
Les terrains de jeux sont eux aussi variés. Il s'agit la plupart du temps de champs ou de forêts voire d'usines abandonnées, qui sont gracieusement prêtés ou que les équipes doivent louer ou entretenir. Sur le terrain situé en forêt de Thal-Marmoutier, des journées spécifiques sont réservées aux débutants. Cédric Trichet Kaupp, président de l'Association alsacienne d'airsoft (3A), accueille tout passionné ou simple curieux.
Son équipe a été créée en mars 2006 mais ne marche vraiment que depuis l'année 2008. Elle compte une vingtaine de membres qui se rencontrent deux fois par mois sur l'un des trois endroits qu'ils louent. Ces passionnés ont entre 19 et 43 ans et lorsqu'ils se réunissent, c'est pour toute une journée. L'association compte deux filles dont une jeune femme handicapée, très fière de pratiquer ce jeu.
A voir les joueurs revenir essoufflés de la zone de combat, on comprend que l'airsoft est très sportif. Il ne s'agit pas seulement de courir mais aussi de sauter, de grimper aux arbres, d'escalader des murs... Le terrain, qu'ils ont eux-mêmes aménagé et sécurisé, est vaste. En plus des montées et des descentes naturelles, ils y ont creusé des trous, fabriqué un bunker et aménagé une maison en ruine.

Des fans de jeux vidéos
qui ont lâché leur manettes
pour jouer en plein air


Côté règles, Cédric se montre très strict pour des questions de sécurité. Avant chaque réunion, il prévient le propriétaire et les gendarmes pour éviter toute complication. Il est vrai que cette troupe de jeunes gens vêtus de tenues militaires et aux lourdes répliques d'armes a de quoi interpeller. De là vient la difficulté de trouver des lieux où pratiquer leur loisir car selon le président, « ce sont les anciens qui possèdent les terrains ; or, quand ils nous voient, ça leur rappelle la Seconde Guerre mondiale ». Il faut noter que A3 est respectueux de l'environnement, utilisant des billes biodégradables.
On peut aussi s'interroger sur les possibles dérives de l'airsoft. Cédric, ancien gendarme, s'est vu confronté à un braquage de banque où ont été utilisées des répliques d'armes typiques du jeu. Mais il serait trop facile de diaboliser tous les joueurs, qui sont avant tout des passionnés. L'un d'eux, séduisant jeune homme au visage peinturluré, met l'accent sur le sport, l'amusement et le fait de se retrouver entre amis. On compte surtout un grand nombre de fans des jeux vidéos qui ont décidé de lâcher leur manettes pour jouer en plein air.
Contrairement à d'autres équipes, les membres de 3A sont ouverts d'esprit et aiment le contact. Loin de vous prendre de haut lorsque on se montre étonné face à un terme comme «M13» ou «full auto», ils se font une joie de tout expliquer. C'est peut-être à cela qu'on reconnaît les véritables passionnés.


Pour contacter Cédric Trichet Kaupp : Tél: 06 17 89 63 99
Interdit aux mineurs
En France, les mineurs n'ont pas le droit de jouer à l'airsoft et les répliques d'armes ne doivent pas avoir une puissance supérieure à deux joules ; ce qui permet tout de même de toucher quelqu'un à 50 m de distance. Pour le reste, chaque association ou équipe forme ses propres règles.
Côté investissement, si on peut pour 200 € avoir un équipement complet, un jeune combattant au crâne rasé déclare avec humour : « C'est vrai, pour 100 €, on peut avoir une bonne réplique d'arme, mais pour 1 000 € aussi ! ». Et le voilà, les yeux brillants comme ceux d'un gamin, qui sort sa petite fierté pleine de gadgets : canon de précision, chargeur de très haute capacité, visée laser, lance-grenades, lunette grossissant 40 fois. La réplique la plus chère qu'on peut trouver sur internet coûte... 13 000 €.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum