Association Alsacienne d'Airsoft

Forum dédié à l'Airsoft en Alsace.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Progrès: Fait divers sur l’airsoft

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le Progrès: Fait divers sur l’airsoft le Sam 24 Oct 2009 - 10:41

Invité


Invité
Publié le 22 octobre 2009 à 17:45 dans Airsoft en général - 39 commentaires »

Un article paru aujourd’hui dans Le Progrès relate que des enfants d’une école des environs de Lyon ont été la cible de tirs effectués par une bande de jeunes à l’aide de répliques gagnées à la foire voisine.




Plusieurs enfants scolarisés à la Croix-Rousse ont été victimes de tirs de pistolets à billes. Des « jouets » gagnés à la vogue, qui peuvent être redoutables. La directrice d’une école a porté plainte.

Vendredi, des jeunes ont tiré, avec des pistolets gagnés à la vogue, des billes en plastique sur les enfants de l’école de la rue des Tables Claudiennes.
Quatre écoliers ont été atteints par ces projectiles tirés à travers les grilles de la cour de récréation. Aussitôt la directrice de l’école, Lydie Maurel, a porté plainte, imitée par les parents concernés : « La police a fait son travail », constate l’enseignante, qui s’est également montrée rassurante sur l’état de santé des victimes. « Ce sont des égratignures », précise-t-elle, sans pour autant cacher que ces billes auraient pu provoquer des blessures beaucoup plus graves. C’est d’ailleurs ce qui s’était passé l’an dernier, à la même époque. Une fillette avait été atteinte à l’œil. Or, il existe un arsenal juridique conséquent. Un décret ministériel et un arrêté du maire, interdisent la vente et la distribution de ces pistolets. Il n’empêche, le stand Al Capone continue de récompenser les « heureux gagnants » par ces objets et si l’on en croit les récentes déclarations de son propriétaire, n’envisage pas de les faire disparaître de sitôt, même s’il admet avoir « ramassé une trentaine de PV ». Pour son fils, de nombreux magasins vendent ces pistolets. « Pourquoi ne pas les interdire. Nous, on signale que c’est réservé aux plus de 18 ans et aux enfants accompagnés d’un parent », plaide-t-il en annonçant que leur syndicat, le Cid-Unati, vient de faire casser l’arrêté municipal de Toulouse. Petite précision, cette autorisation vaut pour le pistolet… sans les billes.
Du côté des deux mairies concernées, celle du 1er et celle du 4e, on entend bien ne pas rester sans rien faire. La mairie du 1er a envoyé un message à Marie-Odile Fondeur, qui a en charge le commerce et l’artisanat, pour qu’elle prenne des mesures. Quant à Dominique Bolliet, il ne cache pas sa colère. Il a d’ailleurs, lui aussi, fait part de son indignation et constate que ce genre d’incident ne donne pas une bonne image de la vogue de la Croix-Rousse et de la ville de Lyon.
Guy Fella, porte-parole des forains, n’a pas l’intention de se dérober : « C’est un accident déplorable, c’est même grave. Le maire a pris un arrêté, il faut le respecter. S’il a jugé que c’était dangereux, et que ça s’avère exact, c’est que son approche était bonne ».
Il n’entend pas non plus laisser penser que l’ensemble de la profession a un comportement irresponsable. « Des arrêtés, il y en a eu d’autres. Par exemple, à un moment il a été supprimé l’alcool et les bouteilles en verre. Il y avait, avant, des lots comme ça. Et bien la profession a su s’adapter ». Même si Guy Fella reconnaît que chaque forain est patron dans son stand, il insiste sur le respect que chacun doit avoir des règlements : « C’est pour nous une mauvaise image », commente M. Fella, préférant à l’évidence voir des enfants avec des peluches dans les mains qu’avec des armes. Même factices.

Des accidents oculaires parfois graves sont régulièrement recensés
La vente de pistolets à billes – « air soft guns » – est réglementée depuis le 24 mars 1999, mais des accidents oculaires plus ou moins graves, sont régulièrement recensés. Il s’agit de répliques d’armes réelles, qui tirent des billes de 6 mm de diamètre à des vitesses de 50 à 100 m/seconde. Le décret du 28 mars 1999 stipule notamment que l’offre, la mise en vente, la vente, la distribution à titre gratuit ou la mise à disposition à titre onéreux ou gratuit des objets neufs ou d’occasion ayant l’apparence d’une arme à feu, destinés à lancer des projectiles rigides, sont réglementées. Et que la vente, la distribution ou la mise à disposition des mineurs, sont interdites. Les deux mentions « Distribution interdite aux mineurs » et « Attention : ne jamais diriger le tir vers une personne », doivent figurer sur l’emballage.

source: airsoft news et le Progrès

tu veux vraiment faire passer une mauvaise journée aux menbres qui lissent ça maiden???

c'est quand meme trés grave

mais si ont prend l'exemple d'un revendeur de repliques local que l'ont connais tous (je ne siterais pas le non de cette societé)il y a quand meme pas mal de mineurs accompagne de leur parents pour y achete des repliques (parfois trés puissante)
je suis quand meme pour un controle plus strict de l'etat a ce niveau la

parce que si ça continue comme ça on va etre vraimant enmerde pour pouvoir pratique notre passion

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum